Why Wittgenstein’s use of the word « praxis » is not articulated to a social conception of the role of critique of language in society

Conférence le 11  décembre à l’Università del Salento à Lecce (Italie).

> Le programme

“When words are not just, then the works of art are excluded, and then if works are ruled out, then morals and art are ill. Which means that “justice is not rightly applied and the nation does not know where to stand up safe” (K. Kraus).
Not only Wittgenstein has his own view on fetichization  (of “objects”)  as regards the relation of designation of objects (as ontologically  given) by names and developed an interesting  critique of the “epistemological ritual”  of naming « objects » that has a strong political dimension (Aldo Gargani’s point)  but there is much to say as regards the benefit of a Marxist reading in parallel to a linguistic approach to objects. The role of  the economist Sraffa’s conception (close to Gramsci) and his influence on Wittgenstein’s radical turn to his so-called “second philosophy” are to be mentioned in so far as they contribute to shed light on the social-political importance of the concept of “praxis” in Wittgenstein’s Philosophical Investigations. Yet far from me the idea that language and politics match. The point is rather to establish criterions of efficiency different in kind rather than intrinsically opposed.There are indeed good reasons for comparing the two critical diagnosis of semantic reification with social reification, given the existence of (austro) marxism in the social-political context of “Vienna the red” in the 1920’s as well as in the Marxist environment Wittgenstein was acquainted with in the 1935’s in Cambridge. Yet there is more to say in order to justify the use by Wittgenstein of the concept of “praxis”. Does “Praxis” as a key-word in Wittgenstein’s conception of “philosophy as an activity” in his second philosophy of “forms of life” contain a programme of application of symbols  in life that really witnesses the search for a socio-political efficacy  beyond  a linguistic kind of praxis ?

Du poème à la musique, de la musique au poème

Présentation d’une conférence à ces deux journées organisées par Katerina Paplomata, Céline Barral et Marina Seretti, à l’Université de Bordeaux-Montaigne sur  « Du poème à la musique, de la musique au poème. Composition,  transformation, écoute », qui se dérouleront les 17 et 18 octobre prochains.

> Brochure du colloque

Les rencontres de la tour de guet – 5ème édition

Les rencontres de la tour de guet – 5ème édition : La musique de la pensée

La Beaudelie – du 25 au 27 mai 2019

Programme

Samedi 25 mai 2019 – Art/langage/concept : modalités d’implication réciproques de la pensée et de l’acte artistique

9h30 – 9h45    Accueil des participants
9h45 – 10h45     Ouverture du colloque
Dominique Pradelle (professeur, Sorbonne Université – UMR 8547, EA 3552)
Correspondances entre pensée et musique
10h45 – 11h45    Bahman Panahi  (doctorant, IReMus)­ (dans l’atelier)
Atelier pratique d’initiation aux gestes et aux mouvements calligraphiques,  pour les participants des rencontres.
11h45 – 12h30     Roula Safar (chanteuse) en dialogue avec Antonia Soulez
Chanter la langue

14h30 – 15h30     Bahman Panahi (doctorant, IReMus)­
Pensée musicale, acte calligraphique
15h30 – 16h30     Manuel Gaulhiac (doctorant, IReMus – LAM)
Le support structurel et mathématique de la création.
Rapport entre la structure géométrique des permutahèdres et leur concordance harmonique
16h30 – 17h30     Table ronde : quelles spécificités pour les termes de pensée et de concept quand ils s’appliquent à l’art ?

20h30 – Concert
Roula Safar (soprano) – Chants d’ici et d’ailleurs
Roula Safar (soprano) et Antonia Soulez (poésie) – Tout un monde dans un son
Cristina Kasem (compositrice) – Esprit d’eau et de terre : les vases sifflants de la tradition préhispanique.
Bahman Panahi – Musicalligraphie (calligraphies en direct avec la musique)

> Le programme en détail

Nous, dans la musique

Dans le cadre du séminaire Philosophie/Politique et société « Formes de « Nous ». Y a-t-il des individus isolés ? » organisé par Marc PAVLOPOULOS :

Mercredi 15 mai : Antonia Soulez, professeure émérite Université Paris 8 (Université Paris Lumières) : Spécificité de la dimension esthétique de la constitution d’un « Nous » dans la musique

> Plus d’information

aCROSS’16 Émergence, Plaisir, 10 mai 2016

Le 10 mai, au château de Plaisir, dans le cadre du colloque interdisciplinaire L’émergence en musique : dialogue des sciences, Antonia Soulez fera une communication intitulée « Émergence d’aspects (ou Promenade au jardin botanique de Goethe) ».

Le colloque est l’un des nombreux événements proposés par le festival aCROSS’16 Émergence. Aux confins du sensible. Ces rencontres artistiques, scientifiques et pédagogiques sont organisées par la ville de Plaisir.

Liens

Programme
Programme
Télécharger le programme (fichier PDF, 36 pages, 1 Mo).

Page mise à jour le 18 février 2016

Séminaire de philosophie analytique, Tomsk, 23-24 octobre 2015

Communication d’Antonia Soulez « Is Wittgenstein an Analytical Philosopher? »

Programme (en russe)
Programme (en russe)

Antonia Soulez a participé au séminaire de philosophie analytique organisé par Valeriy Surovtsev à l’Université d’État de Tomsk (Sibérie) les 23 et 24 octobre 2015. Sa communication s’intitulait « Is Wittgenstein an Analytical Philosopher? ». Les actes du séminaire seront publiés dans une des revues de l’université.

Dernière mise à jour le 21 décembre 2015